Rip on/off est une association satellite du GR dirigée par Christian Indermuhle et Thibault Walter, en collaboration avec l'atelier de graphistes Notter+Vigne (notter-vigne.ch) et le Lausanne Underground Music and Film Festival (luff.ch).

La collection Rip on/off entend remplir trois objectifs :
1. Un objectif documentaire : donner accès aux textes des artistes et à leur univers musical via un CD inédit offert, composé par l'artiste spécialement pour l'occasion.
2. Un objectif didactique : les textes sont présentés et introduits pour permettre de comprendre les mouvements culturels et l'univers de l'artiste.
3. Un objectif culturel : la collection vise à former progressivement une bibliothèque originale qui rende justice à l'extrême diversité des courants artistiques.


Coordination : christian.indermuhle[at]gmail.com & walter.thibault[at]gmail.com

Site web : http://www.riponoff.ch


Archive - Rip on/off RSS Feed

La troisième oreille

Bryan LEWIS SAUNDERS

La troisième oreille et autres textes

Edité et traduit de l’anglais (améri­cain) par Lionel Bize, Laura Daen­geli, Samia Guerid, Chris­t­ian Inder­muhle, Chris­tine Rit­ter et Thibault Walter.

« En pri­vant vos oreilles externes de la pos­si­bil­ité d’entendre, vous redirigez le son qui est alors entendu par l’intérieur de la bouche. Instan­ta­né­ment, les sons de votre corps se mou­vant dans le monde devi­en­nent extrême­ment forts. Peu après, vous com­mencerez à enten­dre avec votre
troisième oreille. »

Bryan Lewis Saun­ders est un per­formeur étasunien de stand up tragedy dont les textes mêlent à la fois les codes de la per­for­mance let­triste, de la con­fes­sion publique et de l’auto-fiction. Par son écri­t­ure, Saun­ders vise à refléter et à décom­poser la cul­ture white trash dans une expéri­men­ta­tion de soi qui trans­forme le corps par des expéri­ences limites.

Un cd de Bryan Lewis Saun­ders, L’expérience de la troisième oreille, est offert avec le livre. 240 pages, isbn 978–2-911087–95-0. Le livre est disponible sur le site de la librairie Plakart: (www.plakart.org/editions-rip-on-off.php). Ce livre a été pub­lié avec le sou­tien du Fonds des Pub­li­ca­tions de l’Université de Lau­sanne et de la Fon­da­tion Jan Michal­ski pour l’Ecriture et la Littérature.

Un peu comme voir dans la nuit

Leif Elggren - Un peu comme voir dans la nuit, et autres textes - Van Dieren - Groupe de la Riponne 2013Leif ELGGREN

Un peu comme voir dans la nuit et autres textes.

« Le cha­grin qui divise l’abîme n’est pas mesurable, il crée sim­ple­ment un lien vers un autre abîme et n’est per­cep­ti­ble ni par la peau […] ni par l’odeur, ni par l’écoute, ni par le goût ni même par la vue, mais par quelque chose d’autre. Quelque chose d’autre. »

Leif Elggren est un écrivain, musi­cien et per­formeur sué­dois, né en 1950 et vivant à Stock­holm. Son œuvre inter­roge la fragilité de l’existence humaine, en met­tant en scène des situations-limites, comme par exem­ple le rap­port de l’enfant à sa pro­pre nais­sance ou celui du vieil­lard à sa pro­pre déchéance. À la manière de boîtes de con­serves déli­cate­ment décol­letées, ses textes explorent l’étrange beauté et la dig­nité engravée de déchets inutiles, de vies défaites, de sou­verainetés humil­iées, d’arrogances évidées. Son tra­vail joue avec les fron­tières, les entre-deux, les pas­sages, dans des per­for­mances scéniques qui croisent les arts visuels, la danse et les arts sonores.

 

Génération dakou

Yan JUN

Généra­tion dakou

Edité par Lionel Bize, Antoine Guex, Aline Hostet­tler, Chris­t­ian Inder­muhle, Nathalie Mon­baron et Thibault Wal­ter.
Traduit du chi­nois (man­darin) par Antoine Guex et de l’anglais par Aline Hostet­tler et Lionel Bize.

« Je m’assieds sur les toi­lettes à l’écoute de l’eau qui rem­plit le réser­voir : elle s’écoule, s’agite, puis pénètre dans une autre petite vanne étroite, quelques gouttes fuient au cours du tra­jet. En même temps, l’eau s’évacue de la cuvette, tour­bil­lonne, gronde, se recom­pose tran­quille­ment, tan­dis qu’elle fait dis­paraître au loin, dans ses voies sin­ueuses, la réal­ité d’un monde. J’aimerais réfléchir encore une fois à ce prob­lème : puisque les sons du monde sont naturelle­ment par­faits, pourquoi doit-on encore faire de la musique ? Le bruit de la chasse d’eau : on entend par appari­tions suc­ces­sives une fragilité triste, un long son dis­cret, un événe­ment imprévu empreint d’humour, comme un dia­logue avec un dernier écho : un son d’adieu, réponse plus claire que n’importe quelle allu­sion lit­téraire. Alors qu’on saisit en dedans une trame sonore, elle entre dans un état de repos et plus nom­breux sont les sons qui appa­rais­sent, plus sub­tils, plus vastes ; ce calme sem­ble un puits sans fond : plus on descend, plus la lumière est grande. »

Yan Jun est un poète et musi­cien chi­nois, né en 1973 à Lanzhou et vivant à Pékin. Co-fondateur du col­lec­tif Sub Jam en 1998 et du label Kwanyin Records en 2004, il est l’un des ani­ma­teurs les plus act­ifs de la scène expéri­men­tale chi­noise con­tem­po­raine. Son œuvre revis­ite les héritages d’une généra­tion qui a fouillé les décom­bres et les sur­plus des pro­duc­tions indus­trielles occi­den­tales chez les bro­can­teurs des marchés chi­nois. C’est ainsi qu’elle a fab­riqué un univers poé­tique et musi­cal aux recy­clages inven­tifs, riches d’expérimentations mul­ti­ples, créant une forme de cri­tique sub­tile, frag­ile et drôle, des mon­des contemporains.

Extractions des espaces sauvages

David Dunn - Extractions des espaces sauvages - Van Dieren - Groupe de la Riponne 2011David DUNN

Cyberné­tique de l’écoute, écolo­gie sonore. Textes 1981–2011.

L’insecte perçoit-il les sons qui sor­tent de ce grand ori­fice aux mod­u­la­tions étranges qui, pour nous, est une bouche humaine ? Que dit l’oiseau moqueur lorsqu’il imite le son du trafic urbain ? Qu’entend l’écureuil lorsque tombe un arbre dans une forêt, sans qu’aucune oreille humaine en perçoive le fra­cas ? La musique n’est-elle qu’une pro­duc­tion humaine ? L’enjeu du « musi­cal » demeure-t-il encore per­ti­nent lorsque la tech­nolo­gie et l’art sonore pla­cent l’auditeur humain en con­tact avec les sons émis par une forêt agonisante ?

Le livre con­tient un CD inédit offert.

David DUNN, né à San Diego en Cal­i­fornie en 1953, est com­pos­i­teur en art sonore et spé­cial­iste d’écologie acous­tique. Il est avant tout connu pour ses con­tri­bu­tions fon­da­men­tales au domaine de la musique envi­ron­nemen­tale. En croisant les ressources de la cyberné­tique, de l’écologie rad­i­cale et de la musi­colo­gie con­tem­po­raine, David Dunn a tenté de penser et d’expérimenter une nou­velle car­togra­phie des espaces acoustiques.

Parataxes

Michael Gendreau - Parataxes - Van Dieren - Groupe de la Riponne 2010Michael GENDREAU

Frag­ments pour une archi­tec­ture des espaces sonores

Edité par Aline Hostet­tler, Chris­t­ian Inde­muhle, Thibault Wal­ter et Antonin Wiser. Traduit de l’américain par Aline Hostet­tler, Chris­t­ian Inde­muhle, Gas­pard Turin et Antonin Wiser.

« Toutes les struc­tures sur la sur­face de la terre vibrent, rien n’est en repos. Chaque lieu, chaque bâti­ment vibre d’une manière dif­férente, en fonc­tion des matéri­aux, des dimen­sions, des dif­férents com­posants con­sti­tu­tifs et des sources d’énergie envi­ron­nantes. Chaque bâti­ment parle un lan­gage unique ».

« On ne peut pas refléter la réal­ité au moyen du lan­gage ou de la musique comme en un miroir, mais on peut […] met­tre en jeu des frag­ments de celle-ci ».

Michael Gen­dreau est un artiste cal­i­fornien con­tem­po­rain, ingénieur en physique acous­tique de renom­mée inter­na­tionale. Il a étudié auprès de Gor­don Mumma et per­forme ses activ­ités musi­cales, seul ou en col­lab­o­ra­tion, depuis la fin des années 1970, notam­ment avec Crawl­ing With Tarts (1983–1998). Poète des struc­tures sonores et des bâti­ments qu’il agence comme des enceintes musi­cales, il a créé une œuvre dont l’influence ne cesse de se démen­tir. Les textes inédits qui com­posent ce vol­ume dévelop­pent ses con­cep­tions de la gram­maire, de la logique des rêves et des expéri­men­ta­tions sonores.

Le livre est accom­pa­gné d’un CD, « Con­certed Struc­tures »,  pro­posant des œuvres inédites com­posées et réal­isées par Michael Gendreau.

Saccages

GX-Jupitter Larsen - Saccages - Van Dieren - Groupe de la Riponne 2009GX Jupitter-Larsen

Textes 1978–2009

Édité par Francesco Gre­go­rio, Chris­t­ian Inder­muhle et Thibault Wal­ter.
Traduit de l’américain par Francesco Gre­go­rio, Antoine Guex, Aline Hostet­tler, Chris­t­ian Inder­muhle, Boris Vej­dovsky et Antonin Wiser.

« Com­ment faire subir à la lit­téra­ture ce que la noise a fait subir au son ? J’ai voulu pour mes écrits le même genre de fanatisme esthé­tique que la noise exige ; j’ai voulu accom­plir dans le lan­gage la même beauté grossière obtenue par le son ampli­fié de l’érosion. La majeure par­tie de mon oeu­vre sonore a donc con­sisté en l’amplification d’égrènements et de broiements […].

C’est du silence que j’ai appris com­ment faire du bruit et, par con­séquent, du bruit que j’ai appris com­ment devenir l’auteur de mots qu’on écrit ».

GX Jupitter-Larsen, pio­nnier de la scène noise inter­na­tionale à la fin des années 1970 et fon­da­teur du groupe The Haters, est un artiste cal­i­fornien con­tem­po­rain, auteur de quelques cen­taines de per­for­mances scéniques ou radio­phoniques, dévelop­pant une poé­tique orig­i­nale de l’entropie et de l’épave. Le présent vol­ume pro­pose un choix de tra­duc­tions de textes fic­tifs et non-fictifs com­posés entre 1978 et 2009.

Avec une intro­duc­tion de Thibault Wal­ter et une incise de Vin­cent Bar­ras (Uni­ver­sité de Lausanne).

Physiques sonores

Zbigniew Karkowski - Physiques sonores - Van Dieren - Groupe de la Riponne 2008Zbig­niew KARKOWSKI

Édité et traduit de l’anglais par Chris­t­ian Inder­muhle et Thibault Walter.

Pour Zbig­niew Karkowski, les corps sont des com­posés de fréquences sonores. Par une approche rigoureuse et rad­i­cale du bruit, il tente, dans son œuvre musi­cale, de pro­curer une intense libéra­tion des poten­tial­ités matérielles et physiques du son, à l’encontre des neu­tral­i­sa­tions con­tem­po­raines dont la musique serait aujourd’hui l’un des lan­gages les plus sub­tile­ment alié­nants. «Physiques sonores» est un recueil de textes et d’entretiens de Karkowski visant à présen­ter sa con­cep­tion de la per­for­mance et des matéri­aux sonores.

Zbig­niew Karkowski est un artiste polon­ais né à Cra­covie en 1958 et vivant depuis 1994 à Tokyo. Com­pos­i­teur de musique bruitiste et expéri­men­tale, ancien élève de Ian­nis Xenakis, il est un per­formeur mon­di­ale­ment reconnu sur les scènes noise et indus­trielles contemporaines.

Textes de Zbig­niew Karkowski, Boris Wlas­sof, Chris­t­ian Inder­muhle, Thibault Wal­ter, Nikola Mounoud (MERJ.CH), Fer­nando Sixto (Cave 12), Naut Humon (Aspho­del) et Metamkine. Con­cep­tion graphique : Julien Not­ter et Sébastien Vigne (at-elier.net). Un CD orig­i­nal, «Form & Dis­po­si­tion», com­posé et mas­ter­isé par Zbig­niew Karkowski, joué aux per­cus­sions par Daniel Buess, est offert avec ce livre.